Abattages sans étourdissements : GAIA dépose plainte auprès d’Unia

Abattages sans étourdissements : GAIA dépose plainte auprès d’Unia

Mercredi 7 septembre 2016 — Bruxelles, le 7 septembre 2016 – Ce matin, l'association de défense des animaux GAIA a déposé plainte auprès d’Unia, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances, pour mettre fin à la discrimination résultant de la loi du bien-être animal du 14 août 1986, qui porte notamment sur le fait que seules des personnes de confession musulmane et juive bénéficient d’une immunité pénale pour abattre des animaux sans étourdissement. « Cette action vise l’exception prévue dans la loi qui autorise toute personne de confession musulmane ou juive à abattre un animal sans étourdissement en vue de le consommer, tandis que tous ceux qui n'adhèrent pas à ces religions sont obligés d'étourdir l'animal avant de l'abattre », explique  Michel Vandenbosch, président de GAIA. Et de constater : «  Au nom de telle ou telle religion, la législation actuelle permet à certains citoyens de faire plus souffrir un animal qu’à d’autres. C’est une discrimination inacceptable. »

Par cette action, GAIA souhaite en effet démontrer que l’exception prévue dans la loi constitue une discrimination directe injustifiée envers toute personne ne pratiquant pas la religion musulmane ou juive, dans le sens qu’elle a l’obligation légale d’étourdir un animal avant de l’abattre. 

Dans sa plainte, GAIA demande notamment qu'Unia reconnaisse qu'il s'agit ici d'une discrimination injustifiée. De plus, GAIA demande le soutien d'Unia auprès des ministres compétents et des gouvernements régionaux afin que ceux-ci mettent un terme à la souffrance animale inutile et évitable de centaines de milliers d’animaux abattus sans étourdissement (lors de la fête du sacrifice et dans les abattoirs toute l’année). « Nous souhaitons évidemment une suppression de l'exception prévue dans la loi, qui constitue une discrimination envers toute personne qui n'adhère pas  à la confession musulmane ou juive orthodoxe, et pas une suppression de l’étourdissement obligatoire », insiste Michel Vandenbosch.

« Cette démarche de GAIA ne s’élève pas contre les traditions religieuses, mais bien contre la souffrance animale qui en découle », précise Michel Vandenbosch. Et d’ajouter : « Tant que les gens mangeront de la viande et que des animaux seront donc abattus – de manière rituelle ou non –, tout comme les associations vétérinaires belges et européennes, GAIA sera toujours d’avis que l’abattage doit en toutes circonstances  être précédé par la méthode d'étourdissement la plus appropriée et efficace. L’électronarcose est un exemple de procédé réversible tout à fait compatible avec les préceptes de l’islam."

Published with Prezly