« Avant de se faire tout le quartier, c’est mieux d’être stérilisé »

« Avant de se faire tout le quartier, c’est mieux d’être stérilisé »

NOUVELLE ENQUETE : DEJA 90 % DES CHATS STERILISES EN WALLONIE

SOUS EMBARGO JUSQU’AU 25 JUIN A 05H00

Des premiers résultats encourageants mais on peut encore faire mieux ! 

90 % des chats domestiques en Wallonie sont stérilisés. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par IPSOS en avril 2020 pour l’organisation de défense des animaux GAIA[1]. Pour Ann De Greef, directrice de GAIA, ce chiffre est encourageant. La stérilisation obligatoire des chats domestiques – loi pour laquelle GAIA a longuement combattu – constitue une opportunité idéale de pallier l’énorme problème de surpopulation féline (chats errants inclus), d’abandons et d’euthanasies dans les refuges. Selon Ann De Greef « Le message semble être bien passé au sein de la population mais il reste malheureusement encore trop de chats non stérilisés/castrés en Belgique. D’après nos estimations, ce nombre s’élèverait à près de 129 470 en Wallonie. « Étant donné que les chats se reproduisent comme des lapins, cela pourrait signifier plus d’1 million de nouveaux chatons par an. Il est donc essentiel de poursuivre nos campagnes de sensibilisation.” Grâce à un nouveau spot radio diffusé dès aujourd’hui par plusieurs radios, GAIA espère sensibiliser avec humour les gens à la stérilisation ou la castration de leur chat de compagnie : « Avant de se faire tout le quartier, c’est mieux d’être stérilisé »

 

Stérilisation obligatoire
L’enquête révèle qu’en Wallonie, le nombre total de chats est estimé à 1.321.116. 90% d’entre eux seraient stérilisés. Saviez-vous qu’il est désormais obligatoire en Belgique de faire stériliser son chat ? Cette obligation existe en Wallonie depuis le 1er novembre 2017, à Bruxelles, depuis le 1er janvier 2018 et en Flandre depuis le 1er avril 2018. L’objectif est de pallier l’énorme problème de surpopulation féline. Les refuges surpeuplés ne peuvent plus faire face à l’afflux de chats abandonnés ou trouvés. Chaque année, plusieurs milliers de chats y sont euthanasiés, faute de place. Des statistiques tragiques qui ne tiennent pas compte des chatons non désirés, dont on se débarrasse froidement dans les ménages. Ann Degreef souligne : « GAIA a mené une vaste campagne en faveur de la stérilisation des chats domestiques. Il s’agissait de la seule mesure permettant de arriver à une population féline gérable. »

La santé avant tout
Il ressort de l’enquête qu’en Wallonie, 89 % des chats mâles sont castrés et 92% des femelles sont stérilisés. Ce sont les chats de 4 à 6 ans et de 7 à 10 ans provenant d’un refuge ou obtenus via un éleveur reconnu qui sont le plus souvent stérilisés. 44% des propriétaires de chats femelles évoque le fait de ne pas désirer de portée de chatons. 30% souhaite prévenir l’abondance de chats errants. Pour 29 %, il y va de la santé de leur animal de de compagnie. Pour les chats mâles, la santé est également l’argument principal (31%). Vient ensuite pour 30% le fait que cela le rend plus calme, et que cela permet d’éviter les jets d’urine.

Vouloir stériliser son chat signifie aussi avoir un comportement responsable et prendre soin de sa santé. La stérilisation le rend plus agréable à vivre et plus affectueux. Il se bagarre moins et évite ainsi les blessures, griffures et transmissions de maladies.

En Flandre, 90% des chats sont stérilisés selon les résultats de l’enquête. En Région de Bruxelles-Capitale, le chiffre s’élève à 83%. Ceci s’explique par le fait que la capitale abrite plus de chats d’intérieur.

Les freins
Le coût, le manque de temps pour se rendre chez le vétérinaire, l’âge du chat, le fait que le chat ne se promène pas en liberté à l’extérieur ou que la stérilisation ne semble pas nécessaire constituent les principaux freins à la stérilisation. Il s’agit le plus souvent de chattes, de chatons de moins de 3 ans ou de chats recueillis dans la rue. A noter encore que 8% des répondants affirment ne pas avoir fait stériliser leur chat sur le conseil de leur vétérinaire.

Campagne de sensibilisation
Du 25 juin au 9 juillet, les radios francophones (Nostalgie, Contact et Fun Radio) vont diffuser le nouveau spot radio « « Avant de se faire tout le quartier, c’est mieux d’être stérilisé » de GAIA. « Nous voulons inciter les gens de façon ludique, et donc avec un clin d’œil à faire stériliser leur chat. 130.000 chats domestiques non-stérilisés peut signifier, selon la règle 1+1=6 (un couple de chats non-stérilisé et non-castré met en moyenne 6 chatons au monde et ceci 3 fois par an), plus de 1 millions de nouveaux chatons en Wallonie. Un chiffre bien trop important par rapport au nombre de familles désireuses d’adopter un chat d’un refuge. Et, étant donné que la plupart des chats errants proviennent de chats domestiques non-stérilisés et que les chats stérilisés sont en meilleur santé, nous continuerons à sensibiliser les gens à la stérilisation obligatoire. L’objectif final est d’atteindre un parfait équilibre entre le nombre de chats dans les refuges et le nombre adoptés afin que les refuges ne soient plus saturés et que plus aucun chat en bonne santé ne doive être euthanasié.

 

--- Fin du communiqué ---

Plus d’infos : 

Contact

Ann De Greef, directrice de GAIA 
 

 

 

[1] Il s’agit ici d’un échantillon représentatif des ménages belges, habitant en Wallonie et possédant au moins 1 chat. L’enquête a été menée entre le 22/04/2020 en 28/04/2020 en a un niveau de fiabilité de 95%.

A propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 50.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

GAIA
Galerie Ravensteingalerij 27 - 1000 Brussels