Delhaize arrête la vente de viande chevaline en provenance d’Amérique (latine), en se limitant à la viande de chevaux produite en Europe

Delhaize arrête la vente de viande chevaline en provenance d’Amérique (latine), en se limitant à la viande de chevaux produite en Europe

GAIA : « Enfin Delhaize répond positivement à notre demande »

Jeudi 14 juillet 2016 — Bruxelles, le 14 juillet - GAIA est ravi d’apprendre que le groupe Delhaize ne vendra plus de viande chevaline fraîche et de charcuterie importées d’Amérique latine. Dorénavant, la viande chevaline vendue par Delhaize proviendra de l'Union Européenne. Après Lidl, Makro et Colruyt, Delhaize est ainsi la quatrième chaîne de supermarchés implantée en Belgique à assumer sa responsabilité éthique face à ce trafic odieux. En effet, les chevaux de boucherie en Amérique (latine) sont systématiquement victimes de multiples souffrances, non seulement avant et pendant leur long transport vers les abattoirs mais aussi dès leur arrivée à l'abattoir. « La décision du groupe Delhaize de ne plus importer de viande chevaline en provenance d’outre mer (l'Amérique) et se limitant à des producteurs européens reflète la volonté de ses clients qui se soucient de plus en plus du bien-être animal et qui se posent des questions sur la provenance de cette viande ainsi que sur le manque de traçabilité (trafic de chevaux souvent volés comme c'est le cas en Argentine et Uruguay), » se réjouit Michel Vandenbosch, le président de GAIA. « C'est un nouveau pas en avant important, qui prouve l'intérêt que Delhaize porte au respect du bien-être animal. »

Alors que Lidl a cessé toute vente de viande de cheval, Delhaize rejoint les groupes Colruyt et Makro, qui n’achètent plus que de la viande chevaline provenant de l’UE. Cette décision, à effet immédiat, fait suite aux nombreuses enquêtes de fond révélées entre autres par GAIA, établissant notamment que la traçabilité et le bien-être des chevaux ne peuvent être garantis dans cette partie du monde.

Chevaux martyrisés

L’organisation de défense des animaux tire à ce titre régulièrement la sonnette d’alarme depuis 2009, attirant l’attention du public et des distributeurs sur le rôle majeur de la Belgique dans l’importation et la consommation de viande de chevaux martyrisés en provenance du continent américain. Les conclusions de ces enquêtes ont notamment mené à la décision de la Commission européenne en 2015 d'interdire l'importation de viande chevaline en provenance du Mexique. « La décision du groupe Delhaize de se limiter à la vente de viande chevaline produite en Europe, répond non seulement à une de nos demandes mais également à une réelle attente des consommateurs », souligne Michel Vandenbosch.

Message aux mauvais élèves

Toutefois, GAIA continue sa campagne jusqu'à ce que toutes les chaînes de distribution en Belgique aient cessé la vente de viande chevaline produite hors de l'Union Européenne, et par conséquent en provenance de l'Amérique (latine). Voilà pourquoi GAIA dirige sa campagne vers les mauvais élèves (Carrefour, Cora, Champion, Intermarché et Match), pourtant bien aux faits de la situation accablante sur place, mais qui néanmoins refusent de cesser la vente de viande chevaline produite hors de l'Union Européenne. GAIA leur demande de suivre le bon exemple des supermarchés qui ont décidé de prendre les mesures qui s'imposent. A cet effet, GAIA invite le public à leur envoyer un message de protestation sur son site internet www.gaia.be.

---Fin du communiqué---

Enquête : le commerce de la viande chevaline en Argentine et Uruguay (version courte)