Plainte d'associations de musulmans contre le Gouvernement flamand

Le tribunal autorise GAIA à se porter partie en intervention volontaire

Ce matin, le tribunal de première instance de Bruxelles a introduit l'affaire en justice relative à la plainte de plusieurs organisations de musulmans à l'encontre de la Région flamande, et la décision du ministre du Bien-être animal Ben Weyts de faire respecter le Règlement européen de 2009 interdisant l'abattage d'animaux sans étourdissement en dehors des abattoirs agréés répondant à toutes les normes de la législation européenne.

Les associations de musulmans souhaitent obtenir l'annulation de cette décision, afin de pouvoir à nouveau abattre des moutons sans étourdissement sur des sites temporaires. Il s'agit cependant d'une infraction manifeste au Règlement européen sur l'abattage des animaux. « On peut difficilement reprocher à un ministre du Bien-être animal d'appliquer la loi », souligne Michel Vandenbosch, le président de GAIA, qui était présent à la première séance. A l'instar du juge en référé de Bruxelles, qui avait déjà débouté les associations musulmanes le 16 septembre 2015, le tribunal de première instance a autorisé GAIA à se porter partie en intervention volontaire, pour soutenir la Région flamande.

Le dossier sera plaidé le 28 juin prochain, et le tribunal devra ensuite remettre son jugement.

A propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 50.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

GAIA
Galerie Ravensteingalerij 27 - 1000 Brussels