Grande enquête de GAIA : Fexhe-le-Haut-Clocher possède l’administration communale la plus respectueuse des animaux de la province de Liège, Villers-le-Bouillet est la pire

Grande enquête de GAIA : Fexhe-le-Haut-Clocher possède l’administration communale la plus respectueuse des animaux de la province de Liège, Villers-le-Bouillet est la pire

jevoteanimaux.be : un tout nouveau site pour informer les citoyens à l’approche des élections communales

Jeudi 20 septembre 2018 — Bruxelles, le 20 septembre 2018 – Fexhe-le-Haut-Clocher (86 %), Donceel (83 %) et Lierneux (82 %) peuvent se targuer de mener les meilleures politiques de bien-être animal en province de Liège. A l’inverse, les localités de Villers-le-Bouillet (5 %) et de Saint-Nicolas (9 %) sont les pires exemples en la matière, selon les critères établis. C’est ce qui ressort de www.jevoteanimaux.be, un tout nouveau site lancé aujourd’hui par GAIA, à l’approche des élections communales du 14 octobre.

Quelle commune – ou collège communal – peut se targuer de mener la meilleure politique en matière de bien-être animal ? Vous souhaitez savoir dans quelle mesure votre commune et son administration se préoccupent des animaux ? Vous pouvez le découvrir depuis aujourd’hui sur le tout nouveau site www.jevoteanimaux.be. L’électeur y trouvera de nombreuses informations sur la politique menée par son administration communale en matière de protection des animaux ces dernières années. « De plus en plus, le bien-être animal est un critère pour les électeurs, y compris à l’échelle locale », explique Michel Vandenbosch, le président de GAIA. Parmi les renseignements disponibles sur www.jevoteanimaux.be, citons le score attribué à chaque administration communale par GAIA au terme de son enquête, ou encore un aperçu des principales mesures prises par chaque commune en matière de bien-être animal – mais aussi les lacunes et points d’amélioration en la matière. Vous y découvrirez également l’importance qu’accordent les partis politiques au bien-être animal au niveau local, et quelles sont les priorités pour les citoyens.     

Cotation

Entre le 20 février 2018 et le 30 juin 2018 toutes les administrations communales du pays ont eu l’occasion de remplir un formulaire approfondi de GAIA. Suivant une grille d’analyse, l’organisation de défense des animaux cherchait à savoir dans quelle mesure les communes mènent une politique de bien-être animal digne de ce nom. Sur la base des réponses fournies, chaque localité s’est vu attribuer une note. Différentes thématiques – au degré d’importance variable – ont été examinées : présence d’un échevin du bien-être animal, budget pour la stérilisation des chats errants, police des animaux, interdiction des manèges à poneys, gestion douce de la surpopulation des pigeons (cotation sur 30) ; autorisation de nourrissage des chats errants, subsides pour la stérilisation des chats domestiques, interdiction de la vente d’animaux domestiques sur les marchés, interdiction des feux d’artifice ou remplacement par feux d’artifice à bruit contenu (cotation sur 20) ; présence de zones sans laisse pour chiens, autorisation de la présence d’animaux dans les maisons de retraites et logements du CPAS, communication sur le bien-être animal sur le site communal (cotation sur 10). Le total a ensuite été ramené sur cent. Sur le site www.jevoteanimaux.be, une barre de recherche permet aux citoyens de découvrir rapidement la note obtenue par leur administration communale. Sur les 84 communes de la province de Liège, 50 ont répondu au questionnaire (soit 60 %).

L’importance du bien-être animal

Sur www.jevoteanimaux.be, le lecteur découvrira également l’importance qu’accordent les citoyens à une politique de bien-être animal menée à l’échelle communale. A la demande de GAIA, l’institut Ipsos a en effet réalisé un sondage auprès de la population, pour connaître son avis sur les 10 points d’action de GAIA pour une commune respectueuse des animaux. Résultat : chaque priorité de GAIA peut compter sur l’appui d’au moins 60 % de la population, que ce soit en Wallonie, à Bruxelles ou en Flandre. Il ressort plus particulièrement du sondage que le top 3 des priorités des Wallons, des Bruxellois et des Flamands est constitué par : le développement de projets éducatifs dans les écoles sur la protection des animaux ; l’autorisation des animaux de compagnie dans les maisons de repos, les logements du CPAS et les résidences-services ; et une politique de stérilisation des chats errants. La plupart des thématiques récoltent même l’adhésion de 70 à 90 % de la population. Par exemple, 83 % des Wallons demandent une gestion éthique des populations de pigeons, et ils sont 78 % à vouloir l’introduction d’une police des animaux.  

L’avis des partis sur une politique communale de bien-être animal 

Les partis politiques en place[1] ont également reçu un questionnaire, visant à connaître leur avis sur les dix points d’action de GAIA. Leurs réponses sont également reprises intégralement sur le site www.jevoteanimaux.be. « Tous les partis en place se rangent derrière la quasi-totalité de nos priorités », se réjouit Michel Vandenbosch. « Ils sont par exemple tous favorables à la désignation d’un échevin du bien-être animal dans chaque commune, à la création d’une police des animaux, ou à un éveil au bien-être animal dans les écoles. »     

« Le site www.jevoteanimaux.bemontre à nouveau que le bien-être animal à l’échelle locale est un thème très important pour les électeurs », commente le président de GAIA. Les administrations locales ont tout intérêt à travailler sur une politique sérieuse et ambitieuse en la matière, parce que c’est une grande attente des citoyens. Le site web sera donc non seulement utile pour les électeurs, mais également pour les futurs élus communaux qui voudront mettre en œuvre des mesures de protection des animaux. Notre souhait est que chaque ville et commune renforce véritablement la protection des animaux sur leur territoire et menant une politique locale de bien-être animal digne de ce nom ! »

[1] PS, MR, cdH, Ecolo et le PTB. (Défi n’a pas répondu au questionnaire.)

— Fin du communiqué —

Plus d’infos : 

Contact : Michel Vandenbosch, président de GAIA : 0475/452015

Ann De Greef, Directrice de GAIA : 0477/534202