Interdiction claire et nette de commercialiser des animaux dans les lieux publics wallons

GAIA salue le projet de décret et souhaite étendre l'interdiction à tous les animaux dits de compagnie sur les marchés publics

Jeudi 30 avril 2015 — Ce matin, le gouvernement wallon a adopté un projet de décret interdisant de manière claire et nette la commercialisation d'animaux dans les kermesses, fêtes foraines et événements similaires. GAIA salue cette initiative du Ministre du Bien-être animal Carlo Di Antonio, qui a pour but d'éviter les achats impulsifs d’animaux.

Le texte adopté ce matin vise à combler les failles présentes dans la législation relative à la protection et au bien-être des animaux du 14 août 1986 actuellement en vigueur. La loi actuelle interdit de décerner des animaux à titre de prix, de récompense ou de don lors de concours, de loteries ou paris. Or, en réalité, cette interdiction est souvent contournée dans les kermesses et fêtes foraines ; le gain remporté n’étant plus un animal mais un nombre de points permettant d’acheter un animal.

Désormais, comme stipulé dans le projet de décret, la commercialisation d’animaux serait uniquement autorisée sur les marchés d’animaux, les marchés communaux ou lors d’une exposition d’animaux. Cette mesure ne concerne pas les chiens et les chats, dont la commercialisation sur les marchés publics reste, à juste titre, interdite. 

Les conditions de détention et de vente d'animaux de compagnie sont également source de sérieux problèmes pour le bien-être animal. "Nous soutenons cette initiative de Carlo Di Antonio," a commenté Michel Vandenbosch, Président de GAIA. Et d'ajouter : "Toutefois, nous voulons que l'interdiction soit étendue à la détention et à la commercialisation de tous les animaux dits de compagnie, là ou elle est autorisée sur ces marchés, car ce type de vente engendre aussi des achats impulsifs. Voilà pourquoi nous nous réjouissons de la possibilité prévue par le projet de décret d'établir une liste des animaux, principalement de compagnie, ne pouvant pas être commercialisés sur ce type de marchés."

GAIA souhaite aussi que les conditions de détention, de transport, de soins... soient également définies, cette possibilité est prévue par le projet de décret. Selon GAIA, le Ministre wallon du Bien-être animal pourrait confier cette mission au Conseil wallon du Bien-être des animaux. 

Egalement visée par ce projet de décret, la commercialisation non-sollicitée d’animaux au domicile de l’acheteur. Auparavant limitée aux chiens et aux chats, celle-ci serait maintenant étendue à tous les animaux. GAIA regrette toutefois que la commercialisation d’animaux au domicile de l’acheteur n’ait pas été entièrement interdite.

Avant d'obtenir force de loi, ce projet de décret adopté par le gouvernement, devra encore être voté au parlement wallon dans les prochaines semaines.