La stérilisation obligatoire de tous les chats domestiques entrera en vigueur en Wallonie à partir de mars 2017

La stérilisation obligatoire de tous les chats domestiques entrera en vigueur en Wallonie à partir de mars 2017

GAIA: "Merci au gouvernement pour cette nouvelle loi nécessaire, inédite et pratiquement unique au monde contre la surpopulation féline et les abandons"

Jeudi 15 décembre 2016 — GAIA a organisé un happening devant le siège du Gouvernement wallon ce matin en témoignage de reconnaissance de l'action des ministres qui ont adopté ce jour même, en seconde lecture, un arrêté ministériel prévoyant la stérilisation obligatoire de tous les chats domestiques. Une délégation de GAIA a ainsi remis au Ministre du Bien-être animal Carlo Di Antonio (cdH), initiateur de cet arrêté, un chat en chocolat grandeur nature fait sur mesure tout spécialement pour l'occasion. Pour Ann De Greef, directrice de GAIA, il s’agit d’une nouvelle législation résolument progressiste en faveur des chats : « En validant cet arrêté initié par le Ministre Di Antonio, la Wallonie montre qu’elle prend le problème de la surpopulation féline à la racine. GAIA applaudit cette loi inédite et pratiquement unique au monde et espère que la Flandre et la Région de Bruxelles-Capitale sauront s’en inspirer très prochainement ! ». L’entrée en vigueur de l’arrêté est prévu pour le printemps 2017.

Du fait de leur surpopulation, les chats sont les premières victimes de la domestication. Les refuges et acteurs de terrain déplorent la situation tragique dans laquelle des milliers de chats (errants) doivent vivre. Depuis des années, GAIA et d'autres associations mènent des campagnes de sensibilisation afin d'inciter les propriétaires à stériliser leur animal. Des efforts qui, au regard des statistiques officielles, étaient insuffisants pour réellement résorber le problème. A titre d’exemple, selon les derniers chiffres officiels publiés en septembre, les refuges ont accueilli en Wallonie 26.700 animaux en 2015 contre 24.400 l’année précédente. De ces tristes statistiques ressort également ce chiffre affolant : 49% des chats recueillis sont condamnés à être euthanasiés par manque d’adoptant.

Un cri d’alerte des associations et refuges entendu

Pour épargner à des dizaines de milliers d'animaux une vie de misère et une mort prématurée, une seule solution s'imposait donc : l'adoption d'une loi rendant obligatoire la stérilisation des chats en foyer. Ann De Greef : « Face à ce constat alarmant de surpopulation féline et d’abandons, le Gouvernement wallon a finalement entendu notre cri d’alerte. Il sera désormais obligatoire de faire stériliser son chat en Région wallonne dès 2017. »

Pour GAIA ainsi que pour la grande majorité des associations de protection des animaux et des refuges, il est nécessaire de percevoir cette mesure comme un devoir citoyen et de soins envers son chat auquel doivent répondre les propriétaires de chats, au même titre que les autres soins vétérinaires. Pour les chats nés avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, le texte précise cependant que les propriétaires seront tenus de faire stériliser leur animal endéans une période transitoire de deux ans. Autre nouveauté : la loi ne prévoyait la stérilisation obligatoire que si le particulier avait l’intention de donner ou vendre un chat. Désormais, la stérilisation obligatoire s’appliquera à tous les chats que l’on détient, peu importe si on veut le vendre ou le donner.

L’avis du Conseil wallon du bien-être animal

Le nouvel arrêté se base sur un avis du Conseil wallon du bien-être des animaux adopté fin 2015 et rendu publique par le Ministre du bien-être animal, Carlo Di Antonio. Cet avis s'appuie lui-même sur un avis du Conseil fédéral du bien-être des animaux de 2009, sur les mesures à prendre au regard de la problématique des chats errants et de la surpopulation dans les refuges.

Le chat domestique ne disparaîtra pas

Face aux craintes que pourrait inspirer cette nouvelle loi, Ann De Greef rassure : « Il est illusoire de penser que la race du chat européen va s'éteindre suite à cette mesure. GAIA souhaite néanmoins une évaluation régulière de la situation, permettant éventuellement d'assouplir la législation si l'on observe à terme un équilibre entre les abandons et les adoptions en refuge. »

---Fin du communiqué---