Skip to Content

Laissé dans une voiture étouffante, un chien est mort: le tribunal correctionnel d'Ypres reconnaît l’infraction mais le juge a suspendu le prononcé de la condamnation pour une période de 3 ans

Partie civile GAIA : "J'espère que le signal sera suffisant pour que cela ne se reproduise plus ; S'il vous plaît, gardez cela à l’esprit".

Bruxelles, 13 septembre 2021. Le tribunal correctionnel de Flandre occidentale, section d'Ypres, s'est prononcé aujourd'hui sur le cas d'une dame de Bruges dont le chihuahua Rocca, âgé de 4 ans et demi, est mort de surchauffe le 7 août 2020 dans la voiture étouffante où elle l’avait laissé pendant une heure. Cela s'est passé sur le parking de l'hôpital AZ Sint Jean à Bruges. Le 7 août 2020, la température extérieure était de 37 °C. Le chien est mort de surchauffe, une mort extrêmement douloureuse. Le tribunal a reconnu qu'il s'agissait d'une infraction par négligence. Toutefois, le juge a tenu compte de certaines circonstances atténuantes et a accordé l’inculpée la faveur de la suspension du prononcé de la condamnation. Elle a toutefois été condamnée à payer les frais de justice. La constitution de partie civile de GAIA a été déclarée recevable et fondée. GAIA reçoit 1 EUR pour dommages moraux. Le président de GAIA, Michel Vandenbosch, espère que la dame en question aura retenu la leçon : "C'était au moins l'intention de notre plainte pénale. Il faut espérer que ce jugement constitue un signal suffisant pour faire comprendre à la société que laisser un chien dans une voiture est une négligence punissable et donc un délit."

La négligence n'est pas une excuse

Maître Anthony Godfroid, l'avocat de GAIA, explique : "L'affaire était juridiquement intéressante. La défense a fait valoir que la dame en question aimait son chien et n'avait jamais eu l'intention de provoquer sa mort. C'est vrai. Le dossier pénale a en effet montré que la propriétaire du chien aimait beaucoup son chien. Malheureusement, des personnes apparemment bien intentionnées peuvent aussi faire du mal aux animaux. La Cour reconnaît désormais explicitement que même une simple négligence peut conduire à des infractions à la législation sur le bien-être des animaux et donc à des délits. Il n'est pas nécessaire qu'il y ait également une intention malveillante. Ce sont les conséquences pour les animaux qui comptent. Le fait qu'il n'y ait pas d'intention malveillante ne peut pas servir d'excuse à ce qui a été fait à l'animal. Une victoire importante pour GAIA et pour les animaux".

Rester en alerte

Michel Vandenbosch conclut : "Depuis des années, GAIA met en garde contre les conséquences fatales de laisser des animaux dans des voitures surchauffées. La température à l'intérieur de la voiture augmente très rapidement. Par exemple, lorsque la température extérieure est de 25 degrés, la température à l'intérieur de la voiture peut atteindre 35 degrés après seulement 10 minutes. Après une demi-heure, la température peut atteindre 44 degrés. Le 7 août 2020 a été l'une des journées les plus chaudes jamais enregistrées. Avec une température extérieure de 37 °C, le chien était condamné. Laisser une fenêtre légèrement ouverte ne fait aucune différence par une telle chaleur. GAIA espère que les personnes qui emmènent leurs chiens en voiture garderont cela à l’esprit et qu'aucun autre animal ne devra jamais mourir de cette manière extrêmement horrible."

Plus d'informations :

Président de GAIA Michel Vandenbosch : 0475 45 20 15

Maître Anthony Godfroid : 049

A propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 50.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

GAIA
Galerie Ravensteingalerij 27 - 1000 Brussels