Le Gouvernement bruxellois adopte la stérilisation obligatoire de tous les chats

Le Gouvernement bruxellois adopte la stérilisation obligatoire de tous les chats

GAIA offre un chat en chocolat à Bianca Debaets pour fêter la nouvelle loi

Jeudi 13 juillet 2017 — GAIA a organisé ce matin un happening devant le siège du Gouvernement bruxellois, en remerciement de l’action des ministres qui ont adopté ce jour même, en seconde lecture, un arrêté gouvernemental prévoyant la stérilisation obligatoire de tous les chats domestiques. Une délégation de GAIA a ainsi remis à la Secrétaire d’Etat chargée du bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V), initiatrice de cet arrêté, un chat en chocolat fait sur mesure tout spécialement pour l’occasion. Pour Ann De Greef, directrice de GAIA, il s’agit évidemment d’une nouvelle législation résolument progressiste en faveur des chats : «  En validant cet arrêté initié par la Secrétaire d’Etat Debaets, la Région de Bruxelles-Capitale montre à l’instar de la Wallonie, qu’elle s’attaque au problème de la surpopulation féline à sa source. GAIA applaudit cette loi qui sauvera des milliers de vies chaque année dans la région et espère que la Flandre passera également à l’action très prochainement ! ». L’entrée en vigueur de l’arrêté est prévue pour le 1er janvier 2018.

Concrètement, la nouvelle loi prévoit que tous les chats âgés de plus de six mois nés après le 1er janvier 2018 devront être stérilisés. Une période transitoire de six mois est cependant prévue pour tous les chats nés avant 2018, jusqu’au 30 juin 2018. Le texte précise néanmoins des exceptions pour les éleveurs de chats de race.

Des statistiques tragiques

Chez les chats, 1+1=6, parfois plus de deux fois par an. Ainsi, « laisser faire la nature », c’est donner la vie à 36 chats en l’espace de 16 mois et revient souvent à leur donner la mort. En outre, les refuges surpeuplés ne peuvent plus faire face à l’afflux de chats abandonnés ou trouvés. A titre d’exemple, sur les 4084 chats et chatons recueillis en 2016 en région bruxelloise, 1425 (38%) ont été euthanasiés, faute de place et d’adoptants. Des statistiques tragiques qui ne tiennent pas compte des chatons non désirés, dont on se débarrasse froidement dans les ménages.

Limiter les naissances en amont

Pour épargner à ces milliers d’animaux une vie de misère et une mort prématurée, une seule solution s’imposait donc, en amont : l’adoption d’une loi rendant obligatoire la stérilisation des chats en foyer. Un cri d’alerte des associations et des acteurs de terrain que le Gouvernement bruxellois a finalement entendu. Cette décision fait notamment suite à un avis du Conseil bruxellois du bien-être des animaux donné le 10 avril 2017, dont GAIA a largement contribué. Il liste les mesures à prendre au regard de la problématique des chats errants et de la surpopulation dans les refuges.

Cependant, face aux craintes infondées qu’inspire cette nouvelle loi, Ann De Greef se veut rassurante : « Il est illusoire de penser que la race du chat européen va s’éteindre suite à cette mesure. GAIA souhaite néanmoins une évaluation régulière de la situation, permettant éventuellement d’assouplir la législation si l’on observe à terme un équilibre entre les abandons et les adoptions en refuge. »

---Fin du communiqué---