Le Zoo du Futur de GAIA inauguré par le Prince Laurent

Bruxelles, 19 juillet 2023 - GAIA lance aujourd'hui sa tournée d'été annuelle à Bruxelles. Comme chaque année, une thématique concernant le bien-être animal en Belgique est abordée. L'été 2023 sera l'été du zoo virtuel GAIA. Ce Zoo du Futur a donc été inauguré aujourd'hui de manière festive par Son Altesse Royale le Prince Laurent et en présence du Ministre bruxellois du Bien-être animal, Bernard Clerfayt.

 

Tournée d'été

C'est désormais devenu une tradition : chaque été, GAIA parcourt le pays pour sensibiliser le public au bien-être animal. Un thème est délibérément choisi, qui est d'actualité, qui incite à la réflexion et qui, si possible, crée une discussion générale sur le sort des animaux dans cette société. L'été dernier, le "Taste Truck" de GAIA a sillonné le pays pour faire connaître le véganisme et montrer qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser des produits d'origine animale pour manger des aliments délicieux et sains.

 

Réalité virtuelle

Cette année, GAIA invite les Belges à venir admirer tigres, éléphants, girafes et manchots royaux. Et non, pas besoin de faire la queue aux portes de nombreux zoos belges pour cela, il suffit de se rendre dans la ville la plus proche. Lunettes 3D sur la tête, vous pourrez admirer de près ces magnifiques animaux sauvages dans leur habitat naturel, tout en les respectant, sans les déranger, ni les blesser. Aujourd'hui, l'invité d'honneur, le Prince Laurent, et le Ministre bruxellois du Bien-être animal, Bernard Clerfayt, ont pu découvrir le Zoo du Futur en avant-première. La visite sera ouverte au grand public dès la semaine prochaine.

Avec le slogan "Nous préférons un animal en réalité virtuelle à un animal en captivité", GAIA résume sa vision des zoos tels que nous les connaissons aujourd'hui.

 

Les zoos d'aujourd'hui

Des millions d'animaux sauvages vivent en captivité dans plus de 10.000 zoos à travers le monde. Ils sont souvent confinés dans des enclos beaucoup plus petits que leur territoire naturel et dont la décoration diffère grandement de la savane ou de la forêt à laquelle ils appartiennent réellement. Il n'est pas surprenant que nombre d'entre eux, en particulier dans les zoos de qualité inférieure, souffrent de graves troubles mentaux et physiques. Les enclos des zoos sont principalement construits en fonction des visiteurs, qui doivent pouvoir observer les animaux le plus possible, et ce, au détriment de leur tranquillité. Pour justifier leurs activités, les zoos prétendent protéger les espèces menacées. Cependant, la plupart des espèces animales présentes dans les zoos ne sont pas menacées. Seule une poignée d'animaux en voie de disparition, issus des programmes d'élevage des zoos, ont été relâchés avec succès dans leur habitat naturel.

 

 

Le zoo du futur

Avec cette expérience de réalité virtuelle, GAIA propose une nouvelle forme de zoo qui évite toutes les souffrances animales mentionnées ci-dessus et les problèmes auxquels même les meilleurs zoos sont confrontés. Cependant, il existe également de nombreuses autres innovations qui permettent aux gens d'admirer les animaux sauvages sans les blesser, ni les déranger (comme les animaux holographiques et les animaux robotisés ou animatroniques). En ce qui concerne les zoos existants, le point de vue de GAIA est nuancé.

Michel Vandenbosch, président de GAIA, explique : "Les meilleurs zoos se donnent beaucoup de mal pour réduire chez les animaux l'impact néfaste de l'ennui et de la frustration causés par un cadre de vie très limité en captivité. Mais même eux ne peuvent jamais donner à tous les animaux ce dont ils ont besoin. C'est pourquoi nous proposons que les zoos se réinventent en travaillant avec les nouvelles technologies. Les animaux qui subissent les conséquences les plus négatives de la captivité et qui ont les exigences les plus élevées en matière de bien-être (comme les éléphants, les grands singes, les dauphins, etc.) pourraient ainsi être remplacés en priorité par des technologies innovantes. GAIA envisage un processus progressif, qui pourrait permettre la création d'un zoo hybride avec des animaux vivants et virtuels. À long terme, les zoos pourraient également devenir des refuges pour les animaux sauvages (y compris ceux des cirques), ce qui est plus que nécessaire."

 

Ces centres auront-ils encore de la place pour les visiteurs ? Certainement ! Même si les besoins des animaux doivent toujours être prioritaires. GAIA estime qu'un sanctuaire a un potentiel éducatif bien plus important qu'un zoo traditionnel : il permet aux gens d'apprendre le triste sort des animaux qui y sont détenus. En outre, les animaux qui vivent toute leur vie en captivité et ne servent qu'à divertir l'homme n'ont pas grand-chose à apprendre sur leur véritable nature et leur comportement dans le biotope naturel, car leur comportement en captivité ne peut égaler la richesse de leur comportement naturel en liberté.

 

GAIA n’a pas pour objectif de ne veut certainement pas se confronter aux zoos avec ce projet. Michel Vandenbosch explique :

"Nous demandons aux zoos d'être ouverts à la discussion sur les possibilités offertes par les nombreuses nouvelles technologies. Avec le lancement du Zoo du futur, GAIA donne une impulsion dans ce sens. Les possibilités virtuelles qui s'offrent à nous aujourd'hui seront sans aucun doute affinées à l'avenir, et ce dans l'intérêt des animaux et des zoos eux-mêmes."

 

GAIA se réjouit d'ores et déjà de présenter le Zoo du Futur au public cet été.

 

Retrouvez toutes les informations et les dates de la tournée d’été sur notre site web :

https://www.gaia.be/fr/campagnes/tournee-dete-2023

 

Plus d'infos

  • Président GAIA: Michel Vandenbosch: 0475 45 20 15
  • Directeur GAIA: ​ Ann De Greef: 0477 53 42 02 ​

 

 

 

 

 

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.

À propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 80.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

Contact

Rue du Houblon 43, 1000 Bruxelles

02 245 29 50

[email protected]

www.gaia.be