Maltraitance de bovins à l'abattoir d'Izegem : GAIA demande un contrôle du bien-être animal par les autorités lors de chaque abattage, et la création d’une unité spécifique d'évaluation

Mardi 12 septembre 2017 — Bruxelles, le 12 septembre 2017 – Devant les images tournées et diffusées ce matin par l'association Animal Rights, qui montrent des cas de maltraitances et d'étourdissements manqués sur des bovins à l'abattoir Verbist, dans la commune d'Izegem, GAIA réclame auprès du Ministre flamand du Bien-être animal Ben Weyts six mesures concrètes : 

  1. Pendant une période déterminée, par exemple trois mois, le Gouvernement flamand doit libérer les moyens nécessaires afin que des inspecteurs habilités contrôlent le processus d'abattage de chaque animal, et agissent efficacement dans chaque cas où des disfonctionnements apparaissent. Si nécessaire, l'intervention des vétérinaires chargés de mission de l'AFSCA doit être demandée. 
  2. L'utilisation de l'aiguillon électrique et de tout autre objet servant à martyriser un animal, tel qu'un bâton, doit être strictement interdite. 
  3. Les autorités doivent imposer aux abattoirs d'immobiliser les animaux de manière efficace afin d'éviter une utilisation inefficace du pistolet d'étourdissement.   
  4. Par le biais d'une formation intensive mais aussi continue, le personnel doit apprendre à manipuler correctement les animaux, en évitant d'occasionner de la peur ou de la panique, et doit acquérir les connaissances nécessaires concernant le comportement des bovins. 
  5. GAIA demande que chaque abattoir installe des caméras pour filmer le processus d'abattage, et à tous les endroits où des animaux sont manipulés (déchargement, conduite vers la ligne d'abattage, et manipulation sur la ligne d'abattage). 
  6. Enfin, GAIA demande la création d'une unité spécifique, pouvant exiger à tout moment l'obtention des images vidéo afin de les analyser, et de proposer des améliorations et des changements.

– Fin du communiqué –