Michel Vandenbosch, le président de GAIA, au sujet de la réaction de Bianca Debaets sur la souffrance des animaux de laboratoire à la VUB : « Des contrôles supplémentaires sont insuffisants. GAIA exige un audit approfondi et une suspension de l'agrément de l'université »

Mardi 29 novembre 2016 — Le président de GAIA, Michel Vandenbosch, juge insuffisante la réaction de la Secrétaire d'Etat bruxelloise au Bien-être animal Bianca Debaets suite aux révélations faites par l'organisation de défense des animaux concernant la souffrance des animaux d'expériences utilisés ay campus de Jette de la VUB. GAIA exige qu'un audit approfondi soit réalisé à l'animalarium et que soit suspendu l'agrément permettant à la VUB de réaliser des tests sur des animaux, et ce jusqu'à ce que des garanties suffisantes soient apportées et démontrent que les mauvaises pratiques et les infractions à la loi observées lors de l'enquête appartiennent définitivement au passé.

Michel Vandenbosch commente : « Nous ne pensons pas que de simples contrôles peuvent mettre en lumière toute l'ampleur des manquements que notre investigation a pu révéler en matière de soins des animaux à l'animalarium de la VUB. A fortiori pas si ces contrôles sont annoncés et que le personnel a le loisir de cacher la poussière sous le tapis. Seul un audit approfondi et complétement indépendant peut être efficace. »

« Nous réagissons donc aussi avec beaucoup de scepticisme à l'égard de la volonté de la VUB de démarrer une enquête interne. Notre enquête révèle un laxisme systématique vis-à-vis des normes, une mentalité de négligence et  d'indifférence envers les animaux. Quelques contrôles supplémentaires n'y changeront rien. La VUB nie d'ailleurs déjà que des infractions à la loi aient lieu. »

---Fin du communiqué---

Published with Prezly