Nouvelles images de GAIA sur les usines de dindes en Flandre (vidéo)

« Il n'y a toujours pas de législation pour les dindes en Flandre, cela doit absolument changer, Monsieur le ministre Weyts... »

Bruxelles, le 6 décembre 2022 - De nouvelles images de GAIA, prises en novembre 2022, montrent la dure réalité des usines de dindes flamandes. Les animaux y sont entassés en masse et souffrent le martyre. La raison ? La Flandre, contrairement à la Wallonie, ne dispose toujours pas de normes légales spécifiques en matière de bien-être des dindes. Il en résulte des souffrances inacceptables et une grave atteinte au respect des animaux. GAIA demande au ministre flamand du bien-être animal, Ben Weyts, d'introduire une législation efficace qui garantisse le bien-être des dindes.

Cette année encore, les images montrent des milliers de dindes en Flandre vivant entassées en masse dans des hangars sans lumière du jour et disposant de peu d'espace : des conditions totalement indignes. Dans ces endroits sombres, sales et lugubres, les animaux sont sévèrement affaiblis, boiteux, développent des nécroses et le taux de mortalité est élevé.

Le producteur, seul maître à bord

Il est incompréhensible qu'aucune limite légale claire n'ait été fixée en Flandre concernant la densité de population dans les élevages de dindes. L’éleveur choisit librement le nombre d'animaux qu'il entasse dans son hangar.

Michel Vandenbosch, président de GAIA, a déclaré : "Il s'agit à nouveau d'images hallucinantes. Cette industrie est absolument incapable de s'autoréguler, cela a été prouvé à maintes reprises. La garantie du bien-être des animaux ne devrait jamais être laissée aux éleveurs, qui font ce qu'ils veulent dans leurs hangars. Il doit y avoir une législation et un contrôle. GAIA ne peut se contenter de quelques normes minimales et de quelques interventions occasionnelles, ici et là, qui ne font guère de différence pour les dindes. Nous demandons au ministre Weyts d'introduire des normes juridiques efficaces."

Les normes exigées par GAIA doivent répondre aux besoins comportementaux naturels des animaux. La densité de peuplement devrait être beaucoup plus faible, les animaux devraient pouvoir se promener à l'extérieur, il devrait y avoir suffisamment de perchoirs adaptés, les races à croissance plus lente devraient être obligatoires, il devrait y avoir de la litière sèche et de la nourriture en suffisance (balles de paille à picorer).

16 kg en 16 semaines

La race utilisée dans l'élevage intensif des dindes étant sélectionnée pour une croissance rapide, les dindes grandissent si vite (de 170 grammes à environ 16 kilos en 16 semaines) qu’un grand nombre d’entre elles deviennent boiteuses. Ces oiseaux meurent de faim et de soif car ils ne peuvent plus atteindre l'abreuvoir et le mangeoire. Ils sont en outre incapables de nettoyer leur plumage, un besoin vital.

" La situation dans les élevages de dindes flamands est totalement inacceptable. Il doit exister des normes juridiques concrètes, strictes et axées sur les animaux, qui protègent efficacement le bien-être des dindes. Le bien-être des animaux doit être une priorité absolue. Sinon, il serait préférable d'arrêter et de ne plus élever de dindes de chair en Flandre", conclut M. Vandenbosch. ​


Vidéo - Images tournées en Novembre 2022


Lien de la vidéo (version longue) de 15 minutes: https://we.tl/t-HiBcYOYdpt


Plus d'informations

Président de GAIA Michel Vandenbosch : 0475 45 20 15

 

 

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.

À propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 50.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

Contact

Rue du Houblon 43, 1000 Bruxelles

02 245 29 50

[email protected]

www.gaia.be