Parlement wallon - audition au sujet de la pétition officielle pour l’interdiction du gavage forcé : la Wallonie va-t-elle se positionner en faveur du bien-être animal?

Communiqué de Presse

Bruxelles, mardi 7 mars 2023 - Le 19 décembre dernier, l’association de défense des animaux GAIA déposait une pétition dans le cadre de la procédure officielle auprès du Parlement wallon regroupant 6.650 signatures en faveur de l’interdiction du gavage des oies et des canards pour la production de foie gras en Wallonie. Aujourd’hui, Michel Vandenbosch, président de GAIA représentait également l’Union wallonne pour la Protection des Animaux (UWPA) et la Fédération des Refuges francophones agréés pour Chevaux et Animaux de ferme (Frefacaf), fédérations jointes à cette initiative citoyenne. Il a été entendu auprès de la Commission de l'environnement, de la nature et du bien-être animal du Parlement de Wallonie.

Un record de participation

Officiellement déposée au Parlement wallon le 19 décembre passée, la pétition a obtenu un record de participation avec plus de 6.650 signatures, dont 1.578 électroniques. Elle représente la pétition la plus signée depuis la modernisation du droit de pétition du Parlement wallon. Cette initiative confirme la sensibilité des citoyens face à cette problématique du bien-être animal.

L’audition des parties prenantes 

Ce mardi après-midi, 7 mars 2023 (14 h) dans le cadre de l'examen de la pétition déposée, le président de GAIA présentait un exposé d’une vingtaine de minutes auprès de la Commission de l’environnement, de la nature et du bien-être animal du Parlement wallon, suivi par un échange de vues avec les parlementaires. ​

GAIA, l’UWPA et la FREFACAF prônent :

  • l’interdiction du gavage moyennant une période transitoire
  • une politique de mesures de soutien dans le but de faciliter la reconversion vers d’autres activités professionnelles

Après cette audition, la Commission du bien-être animal du Parlement wallon devra établir un rapport dans les deux mois. Ce rapport comprendra les travaux de la commission sur le sujet et mentionnera la réponse apportée à la problématique du gavage forcé des oies et des canards en Wallonie.

Dépôt de la pétition au Parlement wallon le 19 décembre 2022.
Dépôt de la pétition au Parlement wallon le 19 décembre 2022.

Grave préjudice 

Lors de l’audition, le président de GAIA a d’abord présenté des images vidéo (de 2021) témoignant des conditions ignobles des canards gavés dans quelques-unes des 11 entreprises de production de foie gras soi-disant ‘artisanal’ en Wallonie, avant de présenter quelques données scientifiques attestant du grave préjudice qu’engendre le gavage forcé sur le bien-être de ces palmipèdes. 

Vidéo - le foie gras artisanal : les masques tombent…

La science à propos des nuisances

« Le bien-être des canards pendant la production de foie gras » (2015), étude scientifique du professeur Donald Broom de l’Université de Cambridge, autorité scientifique mondiale de notoriété incontestable en matière de science du bien-être animal, explique les nuisances graves au bien-être des palmipèdes subissant un gavage forcé : problèmes d’équilibre thermique, stress, taux de mortalité 10 à 20 fois plus élevé comparé aux canards de chair, problèmes de dérèglement du foie, candidose (affection douloureuse apparaissant à la suite de lésions de l’oesophage dues au gavage), …

 

Arguments des producteurs réfutés

Au final, le foie gras d’un canard gavé présente une taille de 7 à 10 fois supérieure à la normale. Pour répondre aux arguments des producteurs-gaveurs affirmant qu’ils ne font que faire usage d’un processus naturel sans dépasser les capacités naturelles des palmipèdes et sans nuire au bien-être animal : premièrement, qu’il soit mulard, sauvage, migrateur ou non, qu’il s’autogave ou non, aucun canard ne pourra voler avec un foie gonflé jusque 9 fois sa taille normale. C’est tout simplement physiologiquement impossible. Deuxièmement, que le foie du canard retourne à sa forme initiale quand on arrête le gavage ne prouve aucunement qu’il n’y ait pas eu de dégât ni dommages. Qu’une blessure soit guérie n’enlève rien au fait que la blessure a bel et bien existé et été causée. 

Il ressort également du rapport du professeur Broom que des 12 indicateurs qualité/niveau de bien-être animal, pas moins de 9 ne sont pas respectés.

Les canards gavés manifestent aussi une série de modifications du comportement montrant une réelle atteinte à leur bien-être : immobilité, position couchée sur de longues durées, peu de toilettage, de lissage des plumes et d'interactions, halètements prolongés qui s’aggravent au fur et à mesure que l’on se rapproche de la fin de la période de gavage de 12 jours. 

Mortalité très élevée

Le taux de mortalité moyen avant la fin de la période du gavage (12 jours, au moins 2x/jour) est de 10 à 20 fois plus élevé que la moyenne dans les élevages de canards de chair. Cela prouve clairement le mauvais niveau de bien-être des palmipèdes gavés pour la production de foie gras. 

Dans son verdict rendu en 2003, la Cour Suprême d’Israël (4ème producteur mondial avant d’interdire la production de foie gras en 2005), est arrivée à la conclusion que les recommandations et mesures légales - entre autres de contrôle - qui encadraient la production de foie gras (similaires à l'encadrement de la production en Wallonie) n’enlèvent rien aux souffrances et dommages endurées par les animaux gavés qui subissent les conséquences néfastes sur leur bien-être.

GfK : la consommation de foie gras a fortement diminué en 2022

L’étude de marché effectuée par GfK (un des 4 instituts d’étude de marché les plus importants du monde) en 2022 montre une importante diminution de la consommation de foie gras au sein de la population belge par rapport à 2021 :

  • En Belgique: -23,7% (en volume) en 2022, passant de 275,7 tonnes à 210,3 tonnes, équivalant à 65,4 tonnes en moins vendues en 2022 par rapport à 2021.
  • En Wallonie: -22%, correspondant à 39,8 tonnes de foie gras en moins vendues par rapport à 2021.
  • En Flandre: -25%, correspondant ​ à 13,1 tonnes de foie gras en moins vendues par rapport à 2021.
  • À Bruxelles: -31%, équivalant à 12,5 tonnes de foie gras en moins vendues par rapport à 2021.

Les raisons évoquées pour la baisse de la consommation de foie gras sont : l’intérêt accru pour le bien-être animal ; un effet post-corona (la consommation hors domicile augmente et la consommation à domicile diminue davantage) ; l’augmentation du prix du foie gras (+ 30,4% par rapport à 2021).

  • En Belgique, 14,1 % des ménages belges ont acheté du foie gras = ​ -13,9% par rapport à 2021 (16,4%) ​
    → 5,5% des ménages flamands (-21,4% par rapport à 2021); 19,4% des ménages bruxellois (-2%) et 28,1% des ménages wallons (-12,8%).
  • Au niveau de la fréquence d’achat: -11% en Belgique
    → -3,5% en Flandre ; -18,4% à Bruxelles et -12,1% en Wallonie.
  • Au niveau du chiffre d'affaires, les ventes du marché alimentaire dans son ensemble sont en hausse tandis que les ventes du marché du foie gras ont baissé de 0,5% en Belgique.
    → -5,4% en Flandre; -3,1% à Bruxelles et +1,4% en Wallonie.

 Conclusion

  • Les ménages belges sont moins nombreux à acheter du foie gras, une tendance à la baisse perceptible dans toutes les régions.
  • Plus prononcée dans le nord du pays où la part des acheteurs continue de diminuer de manière significative. Le Sud reste le principal consommateur de Foie Gras, avec une part en volume de près de 70%.
  • La consommation de foie gras a considérablement diminué atteignant un niveau historiquement bas. Cette baisse s'est produite dans toutes les régions.

Désapprobation grandissante

Un sondage réalisé en mars 2022 (Ipsos, enquête représentative auprès de 597 Wallons de +18 ans) montre la désapprobation grandissante de la population wallonne et son rejet face à ce produit de consommation engendrant cette maltraitance animale.

  • 7 Wallons sur 10 estiment que la Wallonie doit suivre l’exemple de la Flandre et qu’elle doit interdire le gavage forcé pour la production de foie gras. 
  • 2/3 de la population wallonne ne mangent jamais ou que rarement du foie gras (78% pour les moins de 35 ans).

 Quelques faits :

- Seuls 6 états membres de l’UE produisent encore du foie gras: France, Espagne, Bulgarie, Hongrie et Belgique (Wallonie). Les autres états membres de l’UE interdisent le gavage de manière explicite ou implicite.

Depuis 2005, Israël qui fut le quatrième producteur mondial, interdit la production de foie gras suite au verdict de la Cour Suprême (2003) qui avait confirmé la souffrance intense causée par la pratique du gavage. Le gavage est aussi interdit en Suisse, Norvège, Argentine, Turquie, Australie, au Brésil, en Inde et dans l’État de Californie aux Etats-Unis.

- En 2019, la ville de New York a adopté un texte interdisant la commercialisation et la détention de produits issus du gavage des animaux.

- La Directive 98/58/CE du Conseil du 20 juillet 1998 concernant la protection des animaux dans les élevages, le gavage stipule qu’aucun animal n’est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu’il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles » (article 14).

- GAIA, l’UWPA et la Frefacaf bénéficiant du soutien de la majorité des citoyens wallons comme il ressort du sondage IPSOS, font appel au parlement wallon pour que la Wallonie se positionne enfin en faveur du bien-être des animaux utilisés pour la production de foie gras en interdisant le gavage forcé pour la production de foie gras.


Documents :

  • Présentation PowerPoint du 7/3/2023 pour l'audition

230307_Audition_GAVAGE.pdf

PDF - 2.1 Mb
  • Etude GfK Belgium – Foie Gras Market, 2022

GfK_GAIA_FoieGrasMarket_2022.pdf

PDF - 1.7 Mb
  • Enquête Ipsos, 2022

Ipsos_GAIA_rapport-_Foie Gras_2022.pdf

PDF - 4.4 Mb
  • « The Welfare of Ducks during Foie Gras Production. / Le bien-être des canards pendant la production de foie gras », rapport du Professeur Donald M. Broom et du Docteur Irene Rochlitz, Cambridge University Animal Welfare Information Service Department of Veterinary Medicine, University of Cambridge, Madingley Road Cambridge CB3 0ES, Royaume-Uni, 2015

Broom_Rochlitz_rapport_final_2015_FR.pdf

PDF - 5.7 Mb

Contact

Michel Vandenbosch, président de GAIA, 0475 45 20 15 

 

 

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.

À propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 80.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

Contact

Rue du Houblon 43, 1000 Bruxelles

02 245 29 50

[email protected]

www.gaia.be