Réaction de GAIA à l’avis du Conseil d’Etat sur l’abattage sans étourdissement

« Membres du parlement flamand, ne vous cachez pas derrière un avis archaïque et décidez-vous pour un étourdissement obligatoire »

Jeudi 30 juin 2016 — GAIA appelle les parlementaires flamands à ne pas se réfugier derrière un avis faiblement motivé et non contraignant du Conseil d’Etat. Cet avis exprime de manière obtuse qu’une interdiction sur l’abattage sans étourdissement serait une restriction disproportionnelle à la liberté de culte mais laisse au final la balle dans le camp du législateur flamand. Ce dernier doit maintenant trancher et faire preuve de suffisament de courage et de sagesse afin de ne plus autoriser l’abattage rituel sans étourdissement, commente t-on chez GAIA. « Depuis quelle tour d’ivoire s’est constitué cet avis ? » se demande Michel Vandenbosch. GAIA craint que les musulmans et juifs orthodoxes se renforcent dans leur intransigeance irrationnelle. Ce qui fait craindre le pire pour un débat constructif, sans mentionner un dialogue fructueux avec les communautés religieuses tels que préconisés par le Conseil d’Etat. GAIA ne baissera pas les bras : « Au contraire », dit clairement Michel Vandenbosch. « Nous renforcerons notre combat contre l’abattage sans étourdissement ».

Danemark

Curieusement, le Conseil d’Etat ignore le fait, qu’à l’instar de la Norvège et la Suisse, les états européens comme le Danemark, la Suède, l’Islande et la Slovénie, qui n’ont pourtant pas rayé de leur constitution la liberté de culte, ont interdit l’abattage sans étourdissement. De plus, remarque GAIA, les abattoirs belges pratiquent depuis des années l’abattage avec étourdissement sur les poulets et les lapins et que cette viande est consommée sans problème par les musulmans. Idem pour la viande de moutons abattus avec étourdissement importée de Nouvelle Zélande.

Souffrance sans étourdissement

Michel Vandenbosch constate que le Conseil d’Etat reconnaît que l’abattage sans étourdissement fasse souffrir les animaux – « il ne manquerait plus que ça, vu le consensus scientifique à ce sujet » – mais regrette que les conseillers ne se rendent pas compte à quel point les animaux souffrent de l’abattage sans étourdissement. « Comme si cette souffrance animale se déroulait dans une dimension virtuelle loin de la cruelle réalité ».

Renforcement de la polarisation

GAIA craint que les communautés religieuses soient moins que jamais disposées à discuter de manière constructive de la prévention de la souffrance animale. « Si les politiciens se rangent derrière cette avis, c’est le déroulement du tapis rouge pour plus de polarisation », craint Michel Vandenbosch. « Cet avis ne va pas calmer les esprits autour de l’abattage sans étourdissement ». Pour finir, GAIA rappelle que neuf flamands sur dix sont partisans d’une interdiction sur l’abattage sans étourdissement.

—Fin du communiqué—

Published with Prezly