Un nouveau documentaire révèle la maltraitance, la négligence et les activités illégales dont sont victimes les chevaux argentins

Un nouveau documentaire révèle la maltraitance, la négligence et les activités illégales dont sont victimes les chevaux argentins

La viande chevaline d’origine argentine est une industrie qui pèsent 10 millions d’euros en Belgique

Bruxelles, le 2 Octobre 2020 – Le chemin de la viande chevaline argentine exportée dans notre pays est particulièrement sanglant : maltraitance, négligence et activités illégales sont monnaie courante. C'est ce que révèle le nouveau documentaire « Cinco Corazones » de la société multimédia Posibl. Le documentaire est le fruit de plus de trois années d’investigations. On y retrouve des images de l’enquête filmée réalisée par GAIA. Après les Pays-Bas et l'Italie, la Belgique est le troisième plus grand importateur de viande chevaline en provenance d'Argentine (2019 : 2 218 tonnes représentant plus de 10 millions d'euros). Bien que les chiffres des importations soient élevés, les Belges ne mangent pratiquement pas de viande de cheval : en 2019, la consommation par habitant était de 500 grammes. La majeure partie est donc réexportée. “ Il est grand temps que tous les supermarchés belges cessent de vendre de la viande martyre achetée dans ce pays,” souligne le président de GAIA, Michel Vandenbosch. “En outre, il est impératif que l'UE interdise les importations de viande de cheval en provenance d'Amérique latine. Nos premières investigations sur la souffrance des chevaux en Amérique latine remontent à 2010. Entre-temps, le secteur a fait de nombreuses promesses... Citons notamment l'initiative Respectful Life de la Fédération belge de la viande (FEBEV) dans laquelle des chercheurs de l'Université catholique de Louvain sont impliqués. Mais la situation ne s'est pas améliorée. » Le dernier audit réalisé par la Commission européenne en Argentine (février - mars 2020 - en annexe) en témoigne également. « L'audit a clairement démontré que les mesures officielles pour protéger le bien-être des chevaux sont en fait inexistantes. »

Le film documentaire « Cinco Corazones » montre les conditions de vie des chevaux argentins exposés à toutes sortes de maltraitances depuis leur naissance jusqu'au moment de leur abattage. L'Argentine est actuellement le principal exportateur de viande chevaline dans le monde. En 2010, GAIA a mené sa première enquête en Argentine. La campagne qui a suivi a conduit de nombreux supermarchés belges à cesser d'acheter de la viande chevaline provenant de ces pays. Aldi, Delhaize, Makro et Colruyt vendent exclusivement de la viande chevaline provenant d'Europe et Lidl a même cessé totalement la vente de viande de cheval. Cependant, Carrefour, Match et Renmans continuent de vendre de la viande chevaline en provenance d'Amérique latine. 

 Respectful life, vous dites ? Disons plutôt miserable life !

 En 2015, l'Europe a interdit l'importation de viande chevaline en provenance du Mexique et du Brésil. « Respectful Life », une initiative de la FEBEV dans laquelle l'Université catholique de Louvain est impliquée, est née la même année dans le but d'améliorer le bien-être des animaux. Les chercheurs de la KU Leuven effectuent des visites d'entreprises (abattoirs et points de rassemblement) dans différents pays, dont l'Argentine. Mais cette mesure se révèle inutile. Les visites sont annoncées, donc les abattoirs s'y préparent. « Il est urgent que la FEBEV reconnaisse que le label Respectful Life ne représente rien de plus qu'un concept creux. Année après année, nous révélons le calvaire que les chevaux destinés à l’abattage subissent en Argentine. Respectful life, vous dites? Disons plutôt miserable life ! »

Audit 

L'audit de la Commission européenne a clairement démontré que les mesures prises pour protéger le bien-être des chevaux sont inexistantes. Le rapport d'audit relève noir sur blanc des problèmes structurels avec les autorités chargées de contrôler le bien-être des chevaux dans les abattoirs. Ni les contrôles internes, ni les contrôles officiels n'ont en effet identifié le moindre problème de santé ou de bien-être durant une longue période. On peut lire dans le rapport : « Malgré le grand nombre ainsi que la nature de beaucoup de ces chevaux (à la fin de leur vie professionnelle), ni les propres contrôles de l’opérateur ni les contrôles officiels en place n’avaient identifié/documenté aucun problème de santé et/ou de bien-être pour une période prolongée. Compte tenu du nombre et de l’âge des animaux, l’équipe de l’audit considère l’absence de tels cas, hautement improbable. » L'argument du propriétaire à savoir « qu'il n'achète que des animaux sains » n'a pas convaincu l'équipe. 

 « Cinco Corazones » met par ailleurs aussi le doigt sur le calvaire des chevaux argentins. Martin Parlato, CEO et fondateur de Posibl. et réalisateur du documentaire : « En 2017, nous avons commencé une étude approfondie pendant trois ans qui a révélé, en Argentine, l'extrême cruauté dont sont victimes les chevaux. Le film « 5 Corazones » ne peut laisser indifférent. Il sensibilise les spectateurs à la douleur et à la maltraitance des chevaux et nous encourage à redoubler d'efforts pour mettre fin à cette cruauté. Les Argentins méritent de savoir ce qui arrive aux chevaux dans leur propre pays, et les Européens méritent de savoir quelles atrocités se cachent derrière la viande qui arrive dans leurs assiettes. Il est temps de mettre un terme à cette situation et d'offrir à ce noble animal une existence digne. »

Carrefour, Match et Renmans

GAIA appelle les consommateurs à cesser d'acheter de la viande de cheval provenant d'Amérique latine et d'autres pays d'outre-mer. « Nous demandons également à la Commission européenne d'interdire les importations en provenance de ces pays, à l'instar de la viande chevaline en provenance du Mexique et du Brésil. Et enfin, tout le monde peut envoyer un courriel de protestation aux supermarchés (Carrefour, Match et Renmans) qui vendent encore de la viande chevaline en provenance d'Amérique latine via www.gaia.be. » 

Le documentaire peut être visionné via https://www.posibl.com/fr/films/5corazones

Pour plus d’info
Contact
Michel Vandenbosch, Président de GAIA: 0475 45 20 15

A propos de GAIA

L’organisation de défense des animaux GAIA unit les personnes engagées pour une reconnaissance du droits des animaux en Belgique, et milite pour leur bien-être. Fondée en 1992, GAIA compte plus de 50.000 membres et sympathisants. GAIA dénonce la cruauté et la maltraitance organisées envers les animaux au moyen d’enquêtes et de campagnes actives et pacifiques.

GAIA
Galerie Ravensteingalerij 27 - 1000 Brussels